Le projet STETAU (Système et Technologies d’Enregistrement et de Traitement des sons d’AUscultation) est un projet qui s'est étalé entre la mi 2006 et la mi 2008. Les partenaires étaient:

  • Laennext, PME alsacienne aujourd'hui dissoute, qui fut fondée et dirigée par un médecin généraliste, à partir des travaux du Dr Raymond Murphy,
  • le CHRU de Strasbourg représenté par le Pr. Emmanuel Andrès,
  • et Alcatel Business Systems qui est devenu depuis Alcatel-Lucent.

Le projet STETAU est venu suppléer aux déficiences du Projet ICARE - Improving Cystic fibrosis and cardiac valves carriers Autonomy through Remote E-auscultation services.
Ce projet ICARE était un projet financé par le programme eTEN de la Commission Européenne(eTEN 029215) réunissant un consortium de 9 partenaires en Europe dont l'Assistance Publique des Hôpitaux de Paris. Doté d'un budget de 1.6 M€ et permettant la validation de marché de la technologie LaenneXT à travers la collaboration de 1600 patients et 180 médecins en Europe.
Très vite, force a été de constater que la société Laennext n'avait pas de compétence dans le design des stéthoscopes électroniques. Par contre, elle avait un passif financier assez lourd. Deux cent stéthoscopes électroniques ont donc été mis à disposition du projet ICARE par la société Alcatel-Lucent.
Mais Laennext n'a même pas été en mesure de documenter et supporter ces prototypes. Le projet ICARE a donc avorté.

Le projet STETAU est le premier projet d'une plateforme d'équipements et d'outils de télésanté, baptisée MERCURE.
Cette plateforme MERCURE est le fruit de la collaboration exclusive entre Alcatel-Lucent et l'IRCAD. L'UTBM n'a jamais participé à ces travaux.

La chronologie envisagée est la suivante:
STETAU pour développer et mettre au point un stéthoscope électronique communiquant et les outils de transport sécurisé, de documentation, d'archivage et de visualisation des signaux auscultatoires.
Le projet sera suivi par ASAP, un projet dont la vocation est l'analyse des signaux auscultatoires pulmonaires. En effet, l'apport indéniable de la technologie numérique et de la visualisation simultanée des représentations temporelles et spectrales du signal acoustique nous ont amenés à penser qu'une meilleure définition des signaux et des pathologies associées allait représenter une progression indéniable de la détection et du suivi des pathgologies respiratoires à l'aide d'un outil performant et peu onéreux. Nous avons également nourri l'espoir que de nouveaux marqueurs seraient détectés. Une finalité importante du projet ASAP, promue par le Pr. Emmanuel Andrès, était la création d'une Ecole de l'Auscultation pour mettre à profit les progrès obtenus dans la connaissance et l'utilisabilité du stéthoscope. Une première étape dans ce sens est en cours, à la faculté de Médecine de Strasbourg, comme on le verra dans la description détaillée du projet ASAP.
Après l'analyse systématique de l'auscultation pulmonaire, un travail analogue a été imaginé, pour l'auscultation cardiaque. Nous avons monté un dossier de financement de thèse, qui a été accepté par la région Alsace à destination de l'UHA.
La quatrième déclinaison de ces projets articulés autour de la capture, la transmission sans fil, la documentation, l'archivage et l'affichage intelligent des signaux a consisté en l'adjonction de capteurs supplémentaires (ECG, glycémie, oxymétrie, souffle, tension, poids). La première version fut pensée autour de la médecine ambulatoire avec SOS médecins (projet EPIDAURE), la seconde avec les services d'urgence (projet ASCLEPIOS).
Pour terminer à l'hôpital avec la plateforme MERCURE dans l'hôpital. Avec des outils et des formats de données compatibles d'un bout à l'autre de la chaîne, depuis le patient à domicile aux véhicules d'urgence et à 'hôpital.

Les documents pertinents qui décrivent le projet sont disponibles ci-dessous:

Le dossier STETAU tel qu'il a été labellisé par le Pôle Innovations Thérapeutiques, et accepté pour financement par la DGE

Les dépenses soumises à la DGE pour le projet sont les suivants:
  Alcatel ULP Laennext
Personnel 198.155 € 16.000 € (note 1) 245.388 €
Achat équipements 24.000 € 377.000 €
Frais de mission 3.000 € 7.000 € 15.000 €
Dépenses forfaitaires 135.306 € 3.600 € (note 2) 50.991 €
Total 341.361 € 50.600 € 688.379 €
Note 1: Les frais de personnel ne sont en principe par remboursés pour les administrations, dans la mesure où le personnel du CHRU est déjà financé par des fonds publics. Cette somme de 16.000 € correspond à l'indemnité pour l'hébergement de la thèse de Sandra Reichert (Pr. Amir Hajjam, UTBM). J'ai compris plus tard que cette somme était insuffisante pour un encadrement de thèse.
Note 2: Il semblerait que ce forfait corresponde aux menues dépenses d'ULP Industries, en particulier le chauffage de leurs locaux. Cela n'a aucun lien direct avec le projet

Ci-dessous, les deliverables du projet:

Etat de l'art: ce document publié début avril 2007 fait un état des publications décrivant les caractéristiques des sons ausculttaoires pulmonaires, ainsi qu'un état des stéthoscopes électroniques disponibles à cette époque. Ce matériel a été remis en forme dans une publication récente

Architecture: ce document explicite l'architecture matérielle et l'architecture logicielle du développement Alcatel-Lucent mis à disposition en support du projet pour pallier aux défaillances de la société Laennext



On retrouve les concepts ainsi que les prototypes hard et soft décrits dans les projets de la plateforme MERCURE dans de nombreux projets actuels de télésanté; on citera en particulier le projet E-CARE dont les membres sont d'anciens partenaires des projets de notre plateforme:
- les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, membres des projets STETAU, ASAP et du projet de qualification / analyse des sons auscultatoires cardiaques,
- l'UTBM, qui a hébergé la soutenance de la thèse de S. Reichert. Cette thèse décrit la totalité des projets STETAU, ASAP, EPIDAURE, ASCLEPIOS et la plateforme MERCURE, sur la base des technologies et des développements de la recherche Alcatel-Lucent, repris dans l'état par l'UTBM,
- la société Newell (prestataire de services télécom, Mulhouse); cette société a été consultée par Alcatel Lucent pour une activité de sous-traitance dans les développements logiciels pour le produit stéthoscope électronique communiquant, qui n'a pas abouti
- le CENTICH (centre d'Expertise nationale des techologies de L'information et de la communication Autonome, dont le Directeur délégué au développement est J. Hajjam), qui, si j'ai bien compris, est l'organisme financeur,
- et l’Université Haute Alsace de Mulhouse (UHA) qui a hébergé la thèse financée par la région.


Ci-dessous une vidéo du site France 3 Alsace